Accueil > François Picard > Luogu jing la notation chinoise des percusions

Luogu jing la notation chinoise des percusions

par admin

En Chine les percussions sont désignées par des syllabes orales discrètes, distinctes, répertoriées. Leur suite donne lieu à des musiques de percussions seules ou à des formules intervenant en particulier dans les opéras. Ces syllabes peuvent être notées, et donc faire l’objet d’écrits et d’une notation, appelée « La clef des gongs et tambours« luogujing 鑼鼓經.
Plusieurs animations où enregistrements et notations sont synchronisées permettront de suivre cette relation.
On verra que de véritables musiques de timbres — Klangfarbenmelodie — sont ainsi créées.
Cette notation est documentée en particulier par le plus grand ethnomusicologue de la Chine du XXe siècle, Yang Yinliu, ainsi que dans le premier livre en langue étrangère de l’époque contemporaine, Liang Mingyue.
• artistes populaires de Wuxi 无锡民间艺人, "Xiangdai" 香袋 cuxi luogu 粗细锣鼓, enregistrements Wuxi Renmin diantai 无锡人民电台 (radio populaire de Wuxi, Jiangsu), bandes préservées au conservatoire de musique de Shanghai (Shanghai yinyue xueyuan tushuguan) et copiées par F. Picard sur cassettes avec dBx en 1987

Yang Yinliu 楊蔭瀏, Shifan luogu 十番鑼鼓, Beijing, Renmin yinyue, 1980, p. 210

Liang Mingyue, Music of the Billion, New York, Heinrichshoffen, 1985, p. 228-229

« Shou Jiangnan »
C’est le nom d’une pièce, d’un timbre.
Cette séquence peut être incluse dans un opéra ou dans des suites instrumentales.
C’est une musique uniquement pour percussions :
• tambour et claquette ban’gu 板鼓 à une peau frappée avec des petites baguettes et claquette
• tambour danggu (diamètre 7 à 10 pouces)
• grand gong daluo 大鑼 (5 à 6 livres)
• gong maluo 馬鑼 (2 à 3 onces)
• petit gong xiaoluo 小鑼 (8 onces)
• cymbales sujiao 蘇鉸 (6 onces)
• cymbales bo 鈸 (2 livres)

Le pièce est jouée par les musiciens de l’ensemble de percussions de l’école d’opéra du Sichuan Chuanju xuexiao 川劇學校, de Chengdu, capitale du Sichuan.
Enregistré en 1987, lors d’un voyage d’étude des étudiants du conservatoire de musique de Shanghai.

Puis la notation chantée de ce que l’on vient d’entendre par Hong Xiansong 洪賢松, maître tambour, professeur à l’école d’opéra du Sichuan : il chante d’abord les hauteurs en jianpu (do si la sol la…), puis en luogu jing (nong chou dong gong zhuang…)

documents joints